Vient de paraître : “Agir pour le changement”

couv-guide-chgt2Les acteurs de la solidarité et de la coopération internationale (ONG, collectivités territoriales…) accompagnent des dynamiques de changement, souvent inscrites dans le long terme : renforcement des capacités, concertation et gouvernance, sensibilisation, plaidoyer…

Ces processus sont complexes ; leur évolution est imprévisible. Dans ces conditions, la planification et le suivi-évaluation sont très délicats. Des outils comme le cadre logique semblent insuffisants.

Ce guide développe des repères pour accompagner un processus de changement. Il propose une approche pour concrétiser une vision politique, puis pour suivre et évaluer l’impact d’une intervention de développement, en termes de changement social.

Ce document est issu d’un groupe de travail co-animé par le COTA et le F3E, réunissant des ONG françaises et belges (ASF, le CCFD-Terre Solidaire, le CIDR, Enda Europe, Gévalor, le GREF, Inter Aide, l’IRAM, le Secours Catholique – Caritas, Solidarité Laïque, l’UNMFREO).
Il est le fruit des réflexions menées par ce groupe entre 2011 et 2013 autour d’un certain nombre d’approches et de méthodologies encore peu mises en oeuvre en Belgique et en France (cartographie des incidences, changement le plus significatif, théories du changement…).

Agir pour le changement. Guide méthodologique pour accompagner des processus de changement « complexe » : analyser, planifier, suivre et évaluer.
F3E, COTA – Bruno de Reviers (F3E), Hédia Hadjaj-Castro (COTA) – Avril 2014

Agir pour le changement (4.7 MiB, 229 downloads)

Actualité du COTA

zen_garden-1680x1050Comme nous l’avions déjà annoncé dans le dernier numéro des Echos du COTA (n°141 – Retours sur expériences), l’année 2014 se présente comme une année de transition pour notre association. L’équipe du COTA évolue, les instances suivent dans le même sens et l’horizon stratégique du COTA sera redéfini fin 2014 et début 2015 – ce qui implique aussi notre stratégie de communication et notamment la mise en place de nouvelles formes de communication.
Dans l’intervalle, nous continuerons de vous informer sur les grands chantiers qui animent le monde du développement en général et le secteur de la coopération en particulier.
Vous trouverez ces informations ici-même, dans la rubrique « Actualités ». Elles seront également relayées par le réseau documentaire SUDOC (www.sudoc.be), si cela s’avère pertinent…
En attendant d’avoir redéfini les éléments de notre stratégie de communication et de pouvoir assurer un flux continu et régulier de productions et d’informations par notre équipe, nous osons espérer que vous apprécierez ce choix et que vous y trouverez également de quoi alimenter vos réflexions en matière de pratiques innovantes.

Les ONG belges et l’efficacité du développement

Depuis Accra (2008), la société civile a travaillé à sa propre définition de l’efficacité.  En effet, elle ne se sentait pas concernée par les questions d’efficacité de l’aide traitées par les Etats mais prônait plutôt un travail focalisé sur le concept de l’efficacité du développement…

En 2010, la société civile internationale a adopté son propre cadre de référence en matière d’efficacité, les Principes d’Istanbul, qui ont été reconnus au niveau international lors du Forum de Haut Niveau de Busan (2011).
Entre novembre 2012 et janvier 2013, le COTA a organisé une enquête auprès des membres des fédérations (ACODEV et ngo-federatie) et des coupoles (CNCD-11.11.11 et 11.11.11) sur les pratiques et enjeux du secteur en matière d’efficacité du développement.
En attendant la parution en juin et septembre des numéros 139 et 140 des ECHOS DU COTA, qui seront spécifiquement dédiés à cette thématique, il est d’ores et déjà possible de consulter le rapport sur les Pratiques et enjeux en Belgique de l’efficacité de la contribution des OSC au développement dans son intégralité. Une synthèse et une présentation PowerPoint sont également disponibles.

Conférence : Applications de la théorie des systèmes dans le secteur de la coopération au développement (La conférence est reportée au 7 mai 2013 de 20h à 22h)

Conférence : Applications de la théorie des systèmes dans le secteur de la coopération au développement – Organisée par Systèmes et Organisations asbl et le COTA asbl (www.cota.be)

Par : Mario Bucci et Hédia Hadjaj-Castro (COTA asbl)

Le 7 mai 2013 à 20h00

Le secteur de la coopération au développement a recours sous des formes assez diverses à la théorie des systèmes. Elle apparaît très pertinente pour appréhender sous une forme dynamique et avec une perspective historique la complexité du développement, et en particulier les interactions entre acteurs, entre échelles d’interventions, entre facteurs… A côté d’applications extrêmement rigoureuses et réfléchies, elle est parfois utilisée dans un discours presque naïf pour justifier des décisions. L’intervention a pour objectif de mettre en évidence cette diversité et de discuter de ces écueils avec les participants.

Renseignements pratiques :

Date :7 mai à 20h00

Lieu :
Maison du Chant d’oiseau – Centre de formation
Avenue des Franciscains 3a – 1150 Bruxelles
L’entrée du parking de la Maison Notre-Dame se trouve au début de l’avenue sur la droite.
Bus 36, direction Konkel – Arrêt Chant d’Oiseau

Places limitées : inscriptions souhaitées à l’adresse mail : en précisant dans l’objet « inscription 7/05 réseau COTA »

Rapport d’évaluation réalisée par Patrick Vanderhulst et Rémi Olou

En avril 2012, en Guinée, dans le Fouta Djallon, Patrick a réalisé l’évaluation d’un projet d’appui aux mutualités mis en œuvre par l’association française Essentiel depuis 2002 (avant connue sous le nom de Nantes-Guinée). Patrick a réalisé cette mission en équipe avec Rémi Hilaire Olou, Responsable de Projets au Bureau conseiller de Projets Afrique (BCPA) de Solidarité Mondiale basé à Cotonou. Il s’agissait d’apprécier la durabilité des initiatives mises en place et de là le rôle de Essentiel dans la consolidation de ces structures. Les structures sont de trois ordres ;

  • L’ONG guinéenne spécialisée en appuis aux initiatives d’accès aux soins de santé de base, ONAM ((Organisation Nationale d’Appui à la Mutualité), créée par l’ancienne équipe du projet et quelques parties prenantes.
  • La fédération REMUFOUD (Réseau des Mutuelles du Fouta Djallon) qui regroupe l’ensemble des mutuelles mises en place.
  • La plate forme PPSOGUI (Plate Forme Protection SOciale Guinée) qui regroupe les différents acteurs intervenant en Guinée dans ce domaine.

essentiel tableauNous avons mené cet exercice comme étant un moment de réflexion dans le processus d’autonomisation (et empowerment) des acteurs Guinéens. En utilisant des techniques proches de l’auto-évaluation accompagnée, incluant entre autres une phase de préparation préalable à la mission et la responsabilisation d’un comité de pilotage local de l’évaluation, mais aussi des outils « participatifs », l’exercice a produit des effets indirects importants. Le positionnement entre les parties prenantes s’est fortement clarifié. En travaillant alternativement séparément et ensemble chaque partie a eu l’occasion de se préparer en toute autonomie. De par les témoignages reçus lors de la restitution à Nantes, il semble que cela se reflète dans la qualité de la formulation de la phase (suivante) de consolidation.
L’équipe des évaluateurs était complémentaire et l’expertise de Rémi Olou a permis de bien cerner et interpréter les paramètres de durabilité des mutuelles de santé mises en place : aspects associatifs, financiers et syndicales.
Cette évaluation était appuyée financièrement et techniquement par F3E. La synthèse du rapport est accessible en ligne sur leur site. Selon F3E l’intérêt de cette évaluation est que ; Cette évaluation externe a été menée selon une approche très participative et constructive visant à contribuer à “l’empowerment” des acteurs concernés, en particulier en Guinée. Cette évaluation retiendra l’attention en particulier des acteurs intéressés par les questions de développement des mutuelles de santé en Afrique, et par les questions d’autonomisation / renforcement des capacités / partenariats.

Personnellement, il nous semble qu’au-delà des évaluations externes, le F3E devrait s’investir davantage dans des logiques d’auto-évaluation. Les effets sur le renforcement des capacités des structures locales des auto-évaluations sont de loin supérieurs aux pratiques d’évaluation externes, même si elles sont participatives. Et finalement ce sont les capacités des OSC qui constituent des atouts d’un développement durable.

Bienvenue sur le nouveau site du COTA

cota_site_header_10.jpgCe site a été conçu pour clarifier la lecture de nos activités et faciliter l’accès à nos productions. C’est aussi et peut-être avant tout la principale interface par laquelle nous souhaitons vous inviter à réagir à ce que nous proposons et prendre contact avec nous.

Outre les rubriques classiques de présentation et de téléchargement, ce site ouvre l’accès à toutes nos autres interfaces en ligne.

Prochainement, il sera possible de contribuer à un wiki permettant d’élaborer et de commenter collectivement les concepts servant de base à nos initiatives.

Le site permet également l’ouverture de groupes de discussion divers. Vous pourrez bientôt participer à certains d’entre-eux.

En accord avec l’esprit d’interaction qui nous motive, nous sommes ouverts à toutes les remarques et suggestions de votre part susceptibles de nous aider à améliorer ce nouveau site.

Bonne visite!

 

L’Ex-aequo du COTA. Le blog des ECHOS DU COTA

L’autre écho du COTA

http://cota.be/exaequo

ExEchos1Ce Blog est une des interfaces en ligne par laquelle nous rendons compte de la progression du processus éditorial, de l’évolution du contenu et de la forme de la revue, des réactions suscitées par les numéros antérieurs et les propositions de thèmes ou d’angles rédactionnels…

Il est destiné à vous encourager à réagir aux articles et à discuter de leur contenu. Afin de prolonger les réflexions proposées par la revue, nous voulons vous impliquer davantage dans le déroulement du processus éditorial, dans son suivi, dans son évolution.

Aussi, si un article publié sur ce blog ou dans la revue réveille en vous de l’intérêt ou une envie de réagir. Laissez-vous aller!